"Comme la relativité générale d'Einstein perturbe notre vérité cartésienne, "Un beau jour pour mourir" nous introduit dans un autre rapport au monde où le rêve est réalité.
Un voyage addictif autour de l'histoire et de la culture des Amérindiens."

photo back cover.JPG

"Je l’ai dévoré d’une traite. Dès les premières lignes, je voyais l’histoire, l’évocation est immédiate et l’écriture resserrée. C’est un film ! À quand l’adaptation ? Plus qu’admirative, me voilà conquise !"

 

"J’ai adoré la partie « indienne ». Je suis sûre que vous avez dû pas mal vous documenter et ça donne au roman beaucoup de crédibilité. Il faudrait le faire traduire et en faire la promo au Canada et aux USA. Le rythme est excellent et le style fluide. J’espère que vous poursuivrez l’histoire de Marie Moon dans le tome IV que je voudrais déjà pouvoir me procurer."

Capture d’écran 2018-05-24 à 14.22.47.pn
Capture d’écran 2018-05-24 à 14.23.14.pn
Capture d’écran 2018-05-24 à 14.23.00.pn

"Comment ne pas s’attacher à Marie Moon… ? 

Jeune sauvageonne révoltée, sans cesse rattrapée par ses tourments intérieurs, gâtée par la vie mais toujours en quête d’absolu. Road movie pour adorable et rebelle nana…

Au fil des deux premiers volumes, on tâtonne avec elle, on chemine, on trébuche, on s’interroge, on devine petit à petit des fragments de vérité lovés sous la surface des événements.

Mais dans le troisième opus, les personnages actuels ou revenus de la profondeur du temps se croisent au carrefour d’un moment de révélation flamboyante. Passé, présent, tout se fond au creuset d’une vérité intemporelle : la Vie est continue, elle franchit allègrement les barrières de nos existences individuelles pour tracer un chemin d’éternité. Rien n’est, tout devient.

Dans son troisième volume, l’écriture de Vincent Vandist nous trace un chemin qui nous emmène vers la clairière d’une initiation à la fois lumineuse, foudroyante et apaisante. C’est à la fois intime et très cinématographique. Décidément… comment ne pas aimer Marie Moon ?"      Thierry Hodiamont